LA PREMIERE DIFFUSION AUX USA (26/03/1989 - 05/05/1993)  
   

 


96
épisodes originaux... un véritable exploit lorsque l'on sait combien la série a été malmenée, ballottée de case horaire en case horaire, le mardi, le mercredi, le vendredi, le dimanche ( voir occasionellement le lundi ), à 20 heures, 21 heures ou 22 heures. Même en étant fan, il fallait s'accrocher pour pouvoir suivre. Quand Ziggy avait pour tâche de retrouver le Docteur Beckett, le Leaper, lui, avait celle non moins ardue de retrouver son émission préférée dans la grille de programmation de la NBC ! Autant dire que celui qui n'était pas accro avait déserté depuis longtemps...

 

Tout commence un dimanche, le 26 mars 1989 à 21 h, avec la diffusion spéciale du Pilote en deux parties consécutives. Code Quantum n'a pas beaucoup de temps pour faire ses preuves en arrivant si tardivement dans l'année ( les saisons de séries télé allant normalement de septembre à mai ).

Du second ( Star Crossed ) au cinquième épisode ( Double Identity ), Code Quantum est diffusé le vendredi de 20 à 21 heures, à savoir - et ça démarre donc mal - une case horaire très mauvaise pour les annonceurs publicitaires qui visent un public jeune, un public qui a généralement autre chose à faire pour entamer le week end que de s'installer devant le poste. Don Bellisario dira lui même que c'est " une case horaire que seuls regardent les couch potatoes " ( littéralement : " les patates de canapés " ! ). Une case horaire qui aura entre autre eu raison du mythique Star Trek...

La peau de CQ est sauvée in-extremis en fin de saison en bénéficiant enfin d'une tranche horaire décente, le mercredi de 22 à 23 heures. En la conservant durant toute le deuxième saison, la série va enfin voir son audience grimper. Durant ce deuxième volet, hormis les 22 épisodes originaux diffusés, on intercale les anciens épisodes, comme c'est généralement le cas pour permettre à la production de tourner les nouveaux épisodes.

A la suite du denier épisode diffusé le 9 mai 1990 ( Beth ), Mr Brandon Tartikoff, alors en charge de la programmation de la NBC, a la brillante idée de mettre en place pour l'entre-saison un nouveau concept, celui de la " Quantum Leap Week " : un épisode tous les soirs à 22 heures pendant une semaine. L'idée fait recette mais sera aussi à la source des ennuis qui suivront. Le revers de la médaille en quelque sorte... En effet, le succès de l'initiative auprès du public induira la chaîne à penser que Code Quantum est une série qui marche quelque soit l'endroit où on la case. Ce qui est bien évidement faux et nul ne serait y prétendre.

Décision est pourtant prise de remettre la série le vendredi en début de troisième saison. Le premier épisode ( The Leap Home Part 1. ) bat des records d'audience et l'indice Nielsen le classe en deuxième position dans la catégorie des femmes de 18 à 49 ans. Mais l'effet d'appel que procure toujours un démarrage de saison ne peut suffire. Les Leapers le savent et se mobilisent en nombre pour retrouver une meilleure case de programmation. Le combat sera long et acharné. Warren Littlefield, Président de la NBC, avouera même dans USA Today ( interview parue le 5 mars 1991 ) n'avoir jamais reçu autant de lettres pour un de ses programmes que pour Code Quantum ! Tant et si bien que la chaîne finit par céder face à l'assaut des fans, allant même jusqu'à diffuser des spots leur demandant de ne plus écrire car la série allait repasser le mercredi à 22 heures.

Chose qui sera faite le 6 mars 1991 avec l'épisode 8 Months 1/2. L'audience, qui avait souffert, va alors littéralement doubler ( source : Entertainment Weekly du 22 mars 1991 ).

Pas de remous en quatrième saison, mais NBC ne fait que reculer pour mieux sauter... Et lorsque Brandon Tartikoff quitte la chaîne l'année suivante, la série perd alors le meilleur soutien qu'elle avait toujours eu en son sein jusqu'à là. Code Quantum est alors affecté au mardi en début de soirée. Cet horaire de grande écoute permet à NBC de poser des exigences quasi non négociables à la production : la série doit être plus familiale et Sam doit sauter dans des personnages connus ou côtoyer des célébrités. Bellisario n'a pas vraiment le choix et pourtant il arrivera à ne pas dénaturer l'esprit de la série malgré ces nouveaux impératifs qu'il avait toujours refusé jusqu'alors.

Mais l'étau qui se resserre devient également financier : les restrictions qui n'ont cessé de s'amplifier au fur à mesure des saisons sont de plus en plus difficiles à gérer. Pour faire face il faut se creuser les méninges, pinailler sur le moindre centime et tout faire pour que le résultat s'en ressente le moins possible à l'écran. Pas facile ! La figuration est réduite au minimum vital, les temps de tournage sont considérablement écourtés ( pour comparaison : le Pilote avait été tourné en 26 jours, Lee Harvey Oswald ne bénéficiera en tout et pour tout que de 14 jours ! ), les effets spéciaux alloués à l'hologramme ( pas moins de 12 000 dollars pour chaque passage de porte holographique ) deviennent un vrai casse-tête et l'on voit de moins en moins Al apparaître ou disparaître par ce biais : on entend le bruit de la porte, on voit apparaître Al devant la caméra mais on ne voit plus la porte elle même. Sans parler des divers objets et personnes que l'Amiral traversait allègrement à ses débuts...

Dans de telles conditions, la série ne peut que s'essouffler et même la nouvelle campagne de lettres des Leapers et les manifestations organisées devant le siège de la NBC n'y pourront rien. Code Quantum aura résisté cinq longues années avant de disparaître, une entreprise de longue haleine semée d'embûches ! Outre-Atlantique, le dernier épisode fut diffusé le 5 mai 1993, un mercredi pour changer. Presque cinq mois plus tard, le 19 septembre la série arrivait enfin en France sur Série Club...



Sources : Quantum Quarterly n°1 - 18 ( 1990 - 1993 ). Un grand merci à Sophie de m'avoir fait parvenir toute cette documentation d'époque !

     

<< Retour aux dossiers Quantum >>