JIMMY - 2.16


Producteur exécutif: Donald P. Bellisario Scénario: Paul M.Belous Robert Wolterstorff Réalisation: James Whitmore,Jr

Frank: John DiAquino Connie: Laura Harrigton Blue: Michael Madsen Corey: Michael Alldredge Jimmy (Leapee): Brad Silverman

 
Emmy (nomination) - Meilleur acteur dans une série dramatique : Scott Bakula
                       

 

             
 

 

CITATIONS (VF)


Sam : "Mais avant que ces andouilles acceptent quelqu'un comme Jimmy ça risque de prendre un temps fou.
Al : On t' attend quelque part ?!"

TRIVIAL QUANTUM

 

Sam :
- N'a jamais subi d'entretien d'embauche.

Al :
- Sa soeur, Trudy, était trisomique. Tous les enfants du quartiers n'arrêtaient pas de la chambrer et A lse battait donc sans cesse avec eux...
- Leur mère est partie avec un représentant en livres, peut-être à cause de la maladie de sa fille...
- Leur père, un ouvrier en bâtiment, allait de chantier en chantier. Si bien que Al se retrouve placé à l'orphelinat et Trudy dans une institution spécialisée.
- Plus grand, il cherche à récupérer sa soeur mais apprend alors qu'elle est décédée en 1953 (l'année de naissance de Sam) d'une "soit-disante pneumonie"... ce que Al ne croira jamais. Trudy avait alors 16 ans.

Le projet Quantum :
- Fusion avec le leapee : maladresse de Sam.

 

 

 

LA CRITIQUE DE : Mad-Dog

 

Histoire :
Du 14 au 15 octobre 1965, Oakland.
Le Dr Sam Beckett se transmute dans la peau de Jimmy, un trisomique qui vit chez son frère et sa belle soeur. Sa mission est de tout faire pour que Jimmy puisse trouver un travail et s'intégrer dans la société.
Mais la venue d'un handicapé mental dans leur entreprise dérange les ouvriers.
Al quant à lui fait tout pour aider Sam car sa soeur, trisomique elle aussi, est morte dans un hospice, d'une pneumonie.

Personnages secondaires :
- Frank Lamotta : Le frère de Jimmy. Il cherche à tout faire pour que son frère puisse s'insérer dans la communauté et dans sa propre famille. Il travaille aux docks.
- Connie Lamotta : La femme de Frank. Même si elle n'est pas totalement contre Jimmy, elle est quand même réticente face à lui, et face aux maladresses qu'il pourrait commettre.
- Corey Lamotta : Le fils de Frank et de Connie. Il adore son " Tonton Jimmy ", un vrai compagnon de jeu pour lui.
- Blue : L'un des collègues de Frank et Jimmy aux docks. C'est un ouvrier qui considère Jimmy comme un débile, et qui est violent dans ses actions. En réalité, il est dislexique.
- M. Samuels : L'employeur de Jimmy et de Frank. L'idée d'engager un handicapé mental ne l'enchante guère.
- Le père de Jimmy et Frank : (évoqué par Franck) Il avait beaucoup de compassion pour Jimmy. "ça l'a tué de t'avoir mis dans une maison de retraite "
- Le Dr Smithfield : (évoqué) c'est le médecin qui a autorisé Jimmy à avoir un emploi.

___________________

Critique :
Cet épisode social parle surtout de l'insertion des handicapés mentaux, un sujet très rarement traité dans les séries télévisées. Une fois de plus, la substitution de Sam permet de faire comprendre à quel point le regard des autres est injuste, encore plus dans des milieux ouvriers comme celui où bosse Frank. L'épisode est très bien abordé, et contrairement à "Thou Shalt not", se revisionne plus agréablement. Un des meilleurs épisodes de la série.

Musique :
- une petite musique à la "Star Wars" au moment où Sam raconte à Correy "La guerre des étoiles".

Références historiques :
- Il y a un poster des Beatles dans la chambre de Jimmy et Corey.
- Frank parie sur les Forty-Niners.
- Al fait référence à Jacky Robinson : le 1er joueur de base-ball noir.
- Correy évoque "Les envahisseurs de Mars"

Chronique anachronique :
- Sam raconte "La Guerre des étoiles" à Correy.
- Sam parle une nouvelle fois de micro-ondes (c'est une manie !)

Acteurs à remarquer :
- John Di Aquino
qui est hyper-présent à toutes les conventions de Leapers. On le retrouve dans l'épisode "Le bien et le mal" ainsi que dans "Mirror Image" et il a également écrit l'épisode "L'homme préhistorique".

Détails, pinaillages, etc... :
- Jimmy aime les céréales "Coco Praline".
- Scott Bakula joue assez bien le côté "légèrement maladroit " ! Il faut dire que les scénaristes ne lui ont pas fait de cadeaux : le thermos qui tombe, le plat qui se brise, le ticket qui rentre mal dans la machine, etc...
- Combien Georges Lucas a t'il payé les scénaristes pour inclure la phrase-miracle : "si tu meurs, tu ne verra jamais La guerres des étoiles" ?!
- Au début quand Frank ouvre le placard, et que Sam voit son image pour la première fois, à gauche du leapee on aperçoit l'épaule de Scott pendant disons une seconde et demie.*

 

NOTES :
* Xeen