MUSIQUE
 

 

MEDLEY "L'Homme De La Mancha"

 

Hear me now
O thou bleak and unbearable world
Thou art base and debauched as can be
And a knight with his banners are bravely unfurled
Now hurls down his gauntlet to thee

I am, I, Don Quichotte
The Lord of la Mancha
My destiny calls and I go
And the wild winds of fortune
Shall carry me onward
To wither so ever they blow

Hear me heathens and wizards and servants of sin:
All you're dastardly doings are past
For a holy endeavour is now to begin
And virtue shall triumph at last

I am, I, Don Quichotte
The Lord of la Mancha
My destiny calls and I go
And the wild winds of fortune
Shall carry me onward
To wither so ever they blow

On way to glory
On way to glory
On way to glory
I go.

I have dream thee too long
Never seen thee or touch thee
But know thee with all of my heart

Half a prayer, half a song
Thou hast always been with me
Though we have been always apart

Dulcinea, Dulcinea
I see heaven when I see thee Dulcinea
And thy name is like a prayer, an angel whispers
Dulcinea, Dulcinea

I have sought thee, sung thee, dream thee,
Dulcinea
Now I found thee and the world shall know thy glory
Dulcinea, Dulcinea, Dulcinea

To dream the impossible dream
To fight the unbeatable foe
To bear with unbearable sorrow
To run where the brave dare not go

To right the unrightable wrong
To love, pure and chaste from afar
To try when your arms are to weary
To reach the unreachable star

This is my quest, to follow that star
No matter how hopeless, no matter how far
To fight for the right, without question or pause
To be willing to march into hell, for a heavenly cause

And I know, if I'll only be true to this glorious quest
That my heart will lie peaceful and calm
When I'm lay to my rest

And the world will be better for this
That one man scorned and covered with scars
Still strove with his last ounce of courage
To reach the unreachable star.

 

Entends-moi maintenant,
O triste et insupportable monde,
Tant humilié et mort sois-tu,
Alors qu'un chevalier aux bannières déployées,
Te jette maintenant son gant.

Je suis, Moi, Don Quichotte,
L'homme de la Manche,
Ma destinée m'appelle et je vais,
Et les vents furieux du destin,
Me porteront en avant,
N'importe où ils me souffleront.

Entendez-moi païens, sorciers et servants du péché :
Tous vos horribles méfaits sont passés,
Une sainte entreprise va maintenant commencer,
Et la vertu triomphera au final.

Je suis, Moi, Don Quichotte,
L'homme de la Manche,
Ma destinée m'appelle et je pars,
Et les vents furieux du destin,
Me porteront en avant,
N'importe où ils me souffleront.

Sur la route de la gloire,
Sur la route de la gloire,
Sur la route de la gloire,
Je vais.

J'ai rêvé de toi si longtemps,
Je ne t'ai jamais vue ni touchée,
Mais je te connais du fond de mon coeur.

Mi-prière, mi-chanson,
Tu as toujours été avec moi,
Bien que nous ayons toujours été séparés.

Dulcinée, Dulcinée,
Je vois le paradis quand je te vois, Dulcinée,
Et ton nom est comme une prière chuchotée par un ange,
Dulcinée, Dulcinée.

Je t'ai cherché, chanté, rêvé,
Dulcinée,
Maintenant je t'ai trouvé et le monde doit connaître ta gloire,
Dulcinée, Dulcinée, Dulcinée.

Rêver un impossible rêve,
Combattre l'imbattable ennemi,
Supporter l'insupportable peine,
Foncer là où les braves n'osent pas.

Corriger l'incorrigible mal,
De loin, aimer, pur et chaste,
Tenter quand vos bras sont trop faibles,
Atteindre l'inaccessible étoile.

Telle est ma quête, suivre l'étoile,
Qu'importe qu'elle soit vaine ou trop loin,
Lutter pour le bien, sans doute et sans repos,
Etre prêt à marcher en enfer pour une cause céleste.

Et je sais, si je suis fidèle à cette glorieuse quête,
Que mon coeur sera en paix et calme,
Quand je reposerai.

Et le monde sera ainsi meilleur,
Qu'un un homme méprisé et couvert de cicatrices,
S'efforce dans un dernier sursaut de courage,
D'atteindre l'inaccessible étoile.

 

 

 

 

DULCINÉA

Je te savais déjà
Je savais ton prénom, ton aura, ton éclat, ta lumière
Je te savais toujours
Je savais de toujours que ce jour me mènerait jusqu'à toi

Dulcinéa, Dulcinéa,
Perle d'or sur champ d'amour, toi Dulcinéa,
Même mort, je jure, je jure ne brûler que de toi,
Dulcinéa, Dulcinéa

Oh non, ne t'en va pas
Laisse-moi contempler du regard l'ombre chère de tes pas
Oh non, ne t'en va pas
Tu n'es plus une image, un mirage, un nuage, tu es là

Dulcinéa, Dulcinéa
Laisse-moi servir ta gloire, ma Dulcinéa
Par ma voix, pour toujours, ton nom entrera dans l'histoire
Dulcinéa, Dulcinéa

Dulcinéa, Dulcinéa
Perte d'or sur champ d'amour, toi Dulcinéa
Même mort, je jure, je jure ne brûler que de toi,
Dulcinéa, Dulcinéa
Dulcinéa, Dulcinéa,
Laisse-moi servir ta gloire, ma Dulcinéa
Par ma voix, pour toujours, ton nom entrera dans l'histoire
Dulcinéa, Dulcinéa.

 

 

La version originale date de 1965. Trois ans plus tard, c'est Jacques Brel qui s'y colle en nous offrant cette magnifhique adaptation en français...

 

 

LA QUETE

Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir où personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop, même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile.

Telle est ma quête
Suivre l'étoile
Peu importe ma chance
Peu m'importe le temps
Où ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans question ni repos
Se damner pour l'or d'un mot d'amour .
Je ne sais si je s'rai ce héros
Mais mon coeur s'rait tranquille
Et les villes s'éclabouss'raient de bleu
Parce qu'un malheureux

Brûle encore bien qu'ayant tout brûlé
Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s'en écarteler
Pour atteindre l'inaccessible étoile.

 

L'HOMME DE LA MANCHA

Ecoute-moi
Pauvre monde, insupportable monde
C'en est trop, tu es tombé trop bas
Tu es trop gris, tu es trop laid
Abominable monde, écoute-moi
Un chevalier te défie.

Oui c'est moi, Don Quichotte
Seigneur de la Mancha
Pour toujours au service de l'honneur
Car j'ai l'honneur d'être moi
Don Quichotte sans peur
Et le vent de l'histoire chante en moi
D'ailleurs qu'importe l'histoire
Pourvu qu'elle mène à la gloire.

Ecoutez-moi
Vous les dragons, les sorciers, les sorcières
Votre règne se meurt aujourd'hui
Regardez-moi
La vertu flambe dans ma bannière
Regardez-moi
Un chevalier vous défie
.

 

Merci à Helmut de Genève pour son correctif de la VO du Medley. Vous trouverez des extraits sonores de la comédie musicale américaine sur son site.